La branche de Charle à Joncourt puis à Guise. 

Le fondateur, Charle, clerc séculier, sait signer, bien sûr, en 1695 par exemple ADA 5Mi 1503 1692-1753 vue 38.

guerdoux charles signe joncourt 1695 ext

Il a trois fils. Jean, greffier du château, ne se marie pas. Quentin, a quatre fils mais pas de petits enfants. 

Le troisième, Louis (Jean), est clerc comme son père. Il  signe par exemple en 1737  Sa jolie signature, ainsi que celles de ses deux frères, figure au décès de leur belle-mère et mère. ADA 5Mi 1503 1682-1753 vue 66.

.

RAOULT  + 1737 signatures fils

Louis a une descendance importante, qui figure ci-dessous.

Joncourt et guise

La dernière naissance GUERDOUX qui se produit à Joncourt est de 1814. Charles Louis (Claude) et deux de ses filles sont recensés l'an IV, "âgés de plus de 12 ans" à Magny-la-Fosse, tout proche de Joncourt. Ils sont repérés par leurs âges, complètement compatibles avec leurs dates de naissance.

On n'y trouve pas d'autre GUERDOUX par la suite.

guerdoux magny an IV ext

Puis cette branche de Joncourt se continue à Guise, à partir de Pierre Louis André Eloi, marié à St Quentin puis à Guise.

Trois filles non mariées ont des enfants mais pas de descendant masculin.

Le dernièr descendant repéré nait en 1906.

Pierre  Louis andré eloi

J’ignore pour le moment s’il existe des descendants actuels de cette branche à Guise, par manque d’informations.

En tous cas, la recherche à partir de GUERDOUX actuels n’a rien donné. Notons qu'un GUERDOUX né à Guise en 1973 n’est pas de cette branche mais de celle de Longchamps que nous verrons plus loin.

On remarquera qu'une fille de Joseph Marcellin, Marie Joséphine, née à Guise en 1868, se remarie loin de là, à Mulhouse, en 1903. L'acte de mariage est en allemand, puisque Mulhouse est alors occupée. Sa traduction a été réalisée par "Anthony", du Fil d'Ariane. La première partie de l'acte original figure ci-dessous.

ENDERLIN Karl GUERDOUX

Lors de son décès, à Harly 02, en 1957, elle est dite veuve de son premier mari. Le remariage allemand est alors oublié, ce qui est curieux !