L'ivrogne et le bagnard.

Deux de ces descendants de Guise ont des destinées peu banales.

Dans le Courrier de l'Oise ( via Gallica), on trouve le 21 mars 1912, à Chantilly :

guerdoux joseph auguste décès chantilly 2

Dans son registre miiltaire, on trouve plusieurs condamnations  et qu'il a habité Reims, St Quentin, Lille et Paris.

L'histoire  de Louis 1848  est encore plus dramatique. 

Il quitte sa famille à 11 ans puis est engagé volontaire en 1870. Il sait un peu lire.

Il est relégué au bagne en Guyane à la suite d'une douzaine de petites peines de prison pour des délits mineurs ( de 8 nuits à 8 mois, pour un total de 3 ans).

  Car la troisième république était très sévère avec les récidivistes (loi de 1885)

https://criminocorpus.revues.org/181


100_1579résumé relegation

Le numéro 2737 embarque sur la Ville de St Nazaire, le 25 11 1888 à St Martin-de-Ré, et débarque en Guyane le 17 12 1888. En 1895, il est admis à a relégation individuelle pour bonne conduite. Il meurt le 4 2 1896 à Saint-Jean-du-Maroni, à 48 ans.

100_1566 avis releg indiv resumé

Il décède  le 4 2 1896 . L'acte  est enregistré à Guise, le 28 4 1896.

La bureaucratie fonctionne vite, malgré l'éloignement !

guerdoux bagnard décès trptio extrait